CARNET DE VOYAGE À SÉOUL

À quoi tient l’identité d’une ville? Entre images fantasmées et réalités, les grandes villes d’Asie se déploient, toujours fascinantes, souvent presque déjà connues car alimentées des millions d’informations qui circulent à leur propos, et, plus rarement, totalement inattendues. Il me semble que Séoul est de la trempe de ces villes qui ne ressemblent pas du tout à l’image que l’on s’en fait. Ce n’est pas une ville dont la beauté saute aux yeux. D’ailleurs est-elle belle? Pas vraiment en réalité, selon les critères en vigueur et qui n’engagent que moi. Mais il y a autre chose, une personnalité comme nulle autre, une douceur sous sa rugosité, un calme derrière son côté effronté. Elle se dévoile par petites touches, moments de grace qui suspendent le temps qui file, qu’il faut chercher au milieu du chaos, qui tissent les liens, qui grandissent en nous, qui créent l’attachement. Car oui, on tombe bien amoureux de Séoul mais pas du premier regard comme d’autres de ses comparses d’Asie. Et c’est tout son charme, que cet article va essayer de décortiquer. Un carnet de voyage entre fascination non béate et coups de coeur avérés

SÉOUL, LA TRAME D’UNE VILLE

Policée mais borderline, tech obsessed mais mal rangée… Ce n’est pas une une ville « nette », elle est un peu insolente, gouailleuse, tenant plus de Shanghai que de Tokyo me semble t’il. L’ordre ne règne pas partout, c’est même carrément la pagaille à certains endroits, ça s’entasse, ça déborde, ça sent fort, les légumes fermentés notamment, une odeur âcre qui vous saisit à la gorge lorsque l’on manque d’habitude en rentrant dans les taxis toutes fenêtres fermées.

A côté des buildings spectaculaires et déjantés, visions d’architectes qui ont eu les coudées franches, la ville a des côtés lépreux, la peinture qui pèle sur les façades des magasins, des fils électriques emmêlés qui ressemblent à des lianes s’élançant dans la jungle urbaine, qui prend alors des airs de favélas à Rio de Janeiro sur certains points de vue spectaculaires. La ville hérite de son passé mouvementé, de 70 ans de développement économique et technologique extraordinaire, et elle superpose toutes ces strates, comme un mille feuilles dont on n’aurait pas respecté l’ordre de montage.

Et c’est ce côté excentrique qui fait son charme contrasté: énormes barres d’immeubles d’une trentaine d’étages affublées de noms bucoliques « sky view » « Nature Hill » « Park Avenue » pour faire oublier le béton; des collines où la nature semble reprendre ses droits, visions irréelles qui surgissent au bout de rues très en pente dans cette forêt ultra urbaine; des échoppes qui débordent sur le bitume, déployant leurs bancs sur lesquels on se sert pour dévorer un plat fumant mystérieux, panneaux signalétiques de guingois et lumières des lampions multicolores. On se croirait dans un dessin animé !

Le weekend on croise des jeunes filles en hanboks (tenue traditionnelle) loués qu’elles portent sur leur jeans, baskets au pied. Elles s’égrainent en grappes joyeuses au milieu des palais féériques qui posent leurs siècles, immuables, au milieu de la ville, ou dans des villages de hanoks (maisons traditionnelles) rutilants, escapades dans une Corée ancienne, qui tisse la trame d’une ville en mouvement, qui englobe tout, ce qui est vieux, ce qui est actuel, et ce qui sera demain.

DES QUARTIERS POUR RALENTIR

À Apgujeong-dong, le quartier-vitrine de la réussite coréenne côté Gangnam, on préfère la Séoul plus ancienne et intimiste qui se déploie autour de 2 palais spectaculaires, Gyeongbokgung et Changdeokgung. Entre Insa-dong, Seochon et Bukchon, c’est une Séoul dans laquelle on déambule à pieds, base idéale pour profiter de la ville. Car bien choisir sa situation géographique semble ici plus important encore qu’ailleurs, se déplacer fait perdre un temps fou, la ville étant très étendue et les embouteillages fréquents. Côté Gangnam les avenues à 12 voies sont légion, se déplacer à pieds devient une épreuve.

Pour loger à Insa-dong, Seochon ou Bukchon, plusieurs options, de la plus classique (mais pratique) à la plus intimiste. Passage en revue d’adresses testées et approuvées:

HOTELS:

Une excellente adresse à Insa-dong, proche de tout, donnant directement sur la jolie rue commerçante piétonne Insadong-gil d’un côté et le très actif temple Jogyesa de l’autre est le Nine Tree Premier Hotel Insadong

Fonctionnel, élégant, d’un excellent rapport qualité-prix, ce n’est pas l’adresse la plus authentique de Séoul (c’est plutôt un hôtel business) mais elle coche toutes les cases “pratiques”.

Autre option dans le quartier, le Moxy, plus tendance tout en étant d’un très bon rapport qualité-prix, et magnifiquement positionné pour profiter le soir de la folie du quartier Ikseon-dong, littéralement au pied de l’hôtel.

HANOKS:

La vraie récompense d’un séjour à Séoul c’est de pouvoir passer quelques nuits dans une hanok traditionnelle, d’un charme fou. Beaucoup ont été superbement rénovées et transformées soit en petits hôtels soit en maison à louer entièrement. Les budgets sont supérieurs à ceux d’un hôtel “classique” pour une jolie hanok, mais l’expérience est vraiment magique.

Rak Koe Jae dans le beau (mais très touristique) quartier de Bukchon, une magnifique maison d’hôtes, chaque chambre unique et éloge de la culture coréenne traditionnelle. Il y a seulement 5 chambres donc il faut réserver tôt. Le petit déjeuner est fabuleux, servi directement en chambre sur une soban, une petite table en bois à usage individuel.

Autre expérience fabuleuse, la location d’une hanok entière. Pour cela, plusieurs options: airbnb, car on peut y sélectionner spécifiquement la location de hanok et un opérateur indépendant que je recommande particulièrement: Stayfolio, qui propose des logements absolument magnifiques dans toute la Corée, et est partenaire de la chaine Aman et Hoshino, gage ultime de service et de qualité. Il faut devenir membre pour pouvoir accéder au système de réservation, mais c’est gratuit (la navigation se fait en anglais). J’ai découvert l’hôtel Cappuccino grâce à Stayfolio, et indépendamment du fait que son quartier ne me convenait pas du tout (Gangnam), c’était une très bonne expérience hôtelière (même si cela n’avait rien à voir avec une hanok!).

Sinon ma petite pépite c’est Nuile, une hanok qui est proposée par Stayfolio. Le budget est conséquent mais c’est tellement beau que l’on accepte de casser sa tirelire pour l’occasion! 

SUBJECTIVEMENT: À FAIRE ET À VOIR À SÉOUL

Ce carnet d’adresses a un parti pris: celui de ne se focaliser que sur des lieux qui mettent en scène la culture coréenne, traditionnelle ou contemporaine, autour de son artisanat et son héritage. Ce n’est donc pas ici que vous allez trouver des idées ultra-tech, mais plutôt des endroits de charme, pour se poser, découvrir, et prendre son temps dans cette ville qui sait être autre chose que frénétique lorsque l’on y regarde de près.

Beau salon de thé/café traditionnel dans une charmante cour: KyungIn Art Gallery Dawon 

Coup de coeur! Pâtisserie coréenne traditionnelle. A l’étage, lieu petit superbe: HAAP Wonseo 

Superbe musée du hanji, le papier coréen: 한지문화산업센터

Très belle maison de thé, décor très contemporain: Osulloc Tea House Bukchon 

La jolie boutique de Stayfolio, dans mon quartier préféré, Seochon: 메이크폴리오 서촌 

Très beau lieu qui valorise la culture coréenne : Arumjigi Cultural Keepers 

Cafe charmant dans une vieille maison coréenne rénovée: Lake 삼청 

Coup de coeur! A ouvert en 2021, le musée à voir pour découvrir l’artisanat coréen: Seoul Museum of Craft Art 

Un superbe musée: Leeum Museum of Art 

Sur plusieurs étages, de belles boutiques (dont D&Department pour ceux qui connaissent cette enseigne japonaise), très design, au RDC un chouette café: mmmg 

Très belle marque de cosmétiques et concept retail magnifique: Sulwhasoo SPA 

Concept store un brin snob et très intéressant: LCDC Seoul 

Le très branché et spectaculaire (vieux bâtiment désaffecté): Cafe Onion Seongsu 

Maison de thé d’esprit japonais: Matchacha – Tea room 

Cuisine végétarienne des temples: Balwoo Gongyang 

Boutique traditionnelle autour de la jolie broderie coréenne: Kukje Embroidery

J’espère que ce carnet de voyage à Séoul vous sera utile à un moment ou à un autre, et que vous apprécierez de séjourner dans cette ville qui donne toujours envie d’y retourner.

 

Photos: ©️Atelier Ikiwa

 

Kyoto, le guide des adresses d'artisanat et de design

L'Esprit Voyageur