A la découverte de la maison Chiso, Kyoto, spécialiste du kyo yūzen

Chiso, à Homo Faber, la biennale des métiers d'art

La magie Homo Faber 2022 à Venise où Atelier Ikiwa a eu la chance d’aller passer quelques jours: une belle rencontre avec les artisans de la maison Chiso, spécialiste depuis 1555 à Kyoto au Japon d’une peinture sur textile très particulière, le kyo yūzen (kyo pour Kyoto, le yūzen étant également utilisé, différemment, dans d’autres régions du Japon), principalement pour la réalisation de kimonos. La technique est époustouflante!

Une technique unique

Les motifs, de fleurs, plantes, oiseaux, sont dessinés à la main sur la soie blanche, et une cire est appliquée sur leurs contours, avant qu’une pâte de riz ne soit déposée sur l’ensemble des zones à protéger de la teinture, elle-même ensuite appliquée au pinceau sur toute la surface. Puis chaque motif est peint à la main d’une multitude de couleurs très profondes et très vives, et des feuilles ou poudres d’or ainsi que des broderies sont généralement ajoutées sur certains motifs. Chaque kimono prend plus de 6 mois à prendre vie, et chaque étape (il y en a 20!) est menée par un maître artisan différent, une belle répartition du travail selon la maitrise d’un geste très précis et unique lié à un artisan.

Pour Homo Faber Chiso expose également des kimonos de toute beauté, dont 2 furisode (kimonos à manches longues, pour les femmes non mariées) extraordinaires.

L'universalité des métiers d'art

Chiso, situé en face d’Hermès dans l’espace “Details: Genealogies of Ornament” de cette magnifique édition 2022 d’Homo Faber, la spectaculaire biennale des métiers d’art, nous rappelle que la maitrise du geste est un travail de patience, de conviction, dont la reconnaissance va bien au-delà des frontières culturelles d’un pays, mais est au contraire un trésor universel à préserver et à partager.

Un moment de grâce absolu...

Découvrir la technique Chiso (vidéo)