Artisanat et Artisans, l’histoire du geste

L'artisan est penché sur son établi, ses mouvements sont précis, lents mais amples.

Il porte en lui l'histoire de ses ancêtres, maîtrisant de génération en génération cet art à la fois inaltérable et intemporel, mais aussi terriblement moderne dans nos sociétés au rythme effréné.

Devant lui, un mélange hétéroclite d'outils fabriqués par lui-même.

Et un objet en devenir.

Il a répété ses gestes des milliers de fois, jusqu'à ce qu'ils soient presque parfaits (il dit qu'il apprend encore !).

Nous regardons, hypnotisés.

Nous ne parlons pas la même langue, mais cette rencontre n'a pas besoin de mots.

Nous tenons l'objet terminé dans nos mains.

Nous ressentons toute la force des gestes et de l'amour qui a été mis dans sa réalisation.

A notre tour, nous devenons le transmetteur de la mémoire.

Cet objet, son histoire, cet homme, ces outils, ce temps suspendu quelque part loin de chez nous, reviendront avec nous.

Nous apprendrons à le connaître, à l'apprivoiser.

Et chaque jour, en passant devant la cheminée au sommet de laquelle l'objet se dressera fièrement, nous nous souviendrons de ce moment miraculeux au cours duquel le voyage est devenu plus qu'un voyage, en rencontrant quelqu'un d'autre, une autre âme, une autre vie, qui a offert un petit bout de lui-même à travers son travail.

Ce n'est pas seulement un souvenir que nous avons rapporté, mais aussi un morceau d'éternité.

Et cette scène peut se répéter.

Dans d'autres lieux : Kyoto, Bagan, Jaipur, Thimphu, Hanoï, Icheon, Bali, Chiang Mai...

Avec d'autres matériaux : argile, laque, bois, métal, organza de soie, laine...

Avec d'autres outils : feu, pinceau, maillet, métier à tisser, aiguille...

Avec d'autres artisans/artistes/maîtres artisans, portant cette passion et leurs mains, l'outil le plus beau et le plus intelligent qui soit, pour créer ces objets.